Le procès public d'ex-dirigeants politiques en pleine campagne présidentielle largement commenté

Publié le : lundi, 02 décembre 2019 09:58   Lu : 66 fois
Le procès public d'ex-dirigeants politiques en pleine campagne présidentielle largement commenté

ALGER - Le procès public d'ex-dirigeants politiques et hommes d'affaires, qui sera lancé ce lundi, alors que la campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre prochain bat son plein, a été largement commenté par la presse nationale.

Le journal L'Expression note qu'"en pleine campagne présidentielle, un grand procès, dont le nombre d'inculpés dépassera la soixantaine, avec des dizaines de témoins, s'ouvre aujourd'hui au tribunal de Sidi M'Hamed", ajoutant que "sur le banc des accusés se retrouveront des personnages tout puissant du régime du président déchu, Abdelaziz Bouteflika. Parmi eux, deux anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal".

Pour le Courrier d'Algérie, "tous les regards seront braqués, aujourd'hui, au tribunal de Sid M'Hamed, où s'ouvrira le très attendu procès de corruption relatif aux dossiers de l'automobile, dans lesquels sont impliqués les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ainsi que plusieurs ex-ministres, walis et hommes d'affaires".

Sous le titre, "Sellal-Ouyahia, procès inédit et prévenus en chef", le quotidien national Reporters souligne que "ce matin, ils devront commencer par répondre aux accusations qui pèsent sur eux en ce qui concerne le montage automobile et les facilités qu'ils auraient accordés à certains opérateurs, également mis en cause lorsqu'il étaient aux commandes du gouvernement".


Lire aussi: Présidentielle: le procès public des "responsables", centre d'intérêt de la presse oranaise 


"Les inculpés face à leurs destins", écrit en Une le quotidien arabophone Wakt El Djazair et "Le gang jugé aujourd'hui pour corruption" titre, de son côté le journal El Youm, alors que Liberté écrit "Ouyahia et Sellal face au juge : la grande explication". L'autre quotidien El Khabar s'attend, quant à lui, à "une forte présence" des citoyens pour suivre le jugement au niveau du tribunal de Sidi M'Hamed.

Le journal arabophone Ennahar El Djadid qualifie ce procès de "Jugement historique", relevant que "les avocats des symboles de l'ancien système vont demander le report de l'affaire pour après les élections présidentielles prévues le 12 décembre".

El Watan indique, de son côté, que les avocats des ex-dirigeants politiques et hommes d'affaires veulent le renvoi du procès "sous peine de boycott de l'audience".

 

Les plans des candidats pour booster le développement économique évoqués

 

Outre le procès, la presse nationale a également évoqué les différents meetings populaires organisés par les 5 candidats à la magistrature suprême du pays, mettant en exergue leurs plans pour booster le développement socio-économique du pays.

Sous le titre "Le discours des candidats focalisé sur la jeunesse", Le Jour d'Algérie note que les candidats à la présidentielle ont annoncé de "nouvelles promesses, notamment socio-économiques", ajoutant que "la prise en charge des préoccupations des jeunes, de la femme au foyer et des personnes aux besoins spécifiques et notamment des agriculteurs, sont autant de thèmes abordés avec insistance par les 5 candidats".

Lui emboitant le pas, le quotidien national Les Débats indique que "la prise en charge des préoccupations de la jeunesse figure en bonne place dans les discours des candidats à la présidentielle du 12 décembre, en plus de la relance du secteur de l'agriculture et qu'afin d'attirer le maximum d'électorat, les candidats multiplient les promesses de régler rapidement les problèmes des Algériens".

Le quotidien arabophone El Bilad relève, pour sa part, que les 5 candidats "se sont engagés à mener une guerre sans répit contre le terrorisme administratif", tout en reprenant les idées fortes qu'ils ont émises lors de leurs meetings populaires.


Lire aussi: Présidentielle: l’appel des candidats à une participation massive largement répercuté par la presse de l’Est


Ce tabloïd note qu'Abdelaziz Belaid a, ainsi, évoqué "une république de la réforme administrative", Abdelkader Bengrina a promis qu'il mènera "une guerre sans merci contre le terrorisme administratif", Ali Benflis a reconnu l'existence de réels problèmes au sein de l'administration, promettant d'ouvrir le dossier des fils et veuves des chouhada", alors qu'Abdelmadjid Tebboune s'est engagé "à prendre en charge le problème de l'emploi dans le Sud" et Azzedine Mihoubi à appelé le peuple algérien à "voter en masse" le 12 décembre prochain.

Le journal arabophone Echourouk El Yaoumi a repris, également, certaines promesses des candidats lors de leurs meetings, en mettant en exergue l'engagement d'Azzedine Mihoubi à proclamer le 17 novembre de chaque année "Journée de la résistance nationale", la promesse d'Abdelmadjid Tebboune de revoir les accords algéro-européens et le soutien d'Ali Benflis, s'il est élu, au principe de la liberté d'initiative et de gestion. Il s'agit aussi, selon ce quotidien, de l'intérêt porté par Abdelaziz Belaid à la lutte contre la bureaucratie, qui "freine le développement de ce secteur", et de la promesse d'Abdelkader Bengrina d'ouvrir tous les dossiers relatif à la privatisation des entreprises depuis 1990.

El Moudjahid évoque, quant à lui, l'organisation d'"un débat télévisé qui réunira les 5 candidats", qualifiant cette initiative d'"évènement de taille" et d'"une première dans les annales de la communication".

Pour le quotidien francophone, "nos concitoyens seront les témoins privilégiés d’un débat télévisé en direct" et "il s’agit d’une initiative fondatrice d’une nouvelle ère dans la communication politique".

Media

Le procès public d'ex-dirigeants politiques en pleine campagne présidentielle largement commenté
  Publié le : lundi, 02 décembre 2019 09:58     Catégorie : Algérie     Lu : 66 foi (s)   Partagez