ALGER- Trois (03) abris pour terroristes, une mine de confection artisanale et deux (02) barils contenant des outils de détonation et des denrées alimentaires ont été détruit, dimanche, par des détachements de l'Armée nationale populaire (ANP) à Bordj Bou Arreridj et Batna, indique lundi un communiqué de ministère de la Défense nationale (MDN). "Dans le cadre de la lutte antiterroriste et lors des opérations de recherche et de ratissage, des détachements de l’Armée nationale populaire ont détruit, le 09 avril 2017 à Bordj Bou Arreridj et Batna/5 RM, trois (03) abris pour terroristes, une mine de confection artisanale et deux (02) barils contenant des outils de détonation et des denrées alimentaires", note la même source. D'autre part, et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, un détachement de l’ANP "a saisi à In Guezzam/6 RM, quatre (04) véhicules tout-terrain, 20 quintaux de denrées alimentaires, trois (03) groupes électrogènes, deux (02) marteaux piqueurs et deux (02) kilogrammes d’explosifs, tandis qu’un autre détachement a saisi 12 quintaux de tabac à Biskra/4 RM". En outre, des détachements de l’ANP et des éléments des Gardes-frontières "ont appréhendé à Tlemcen/2 RM, Laghouat, Illizi et Biskra/4 RM, 68 immigrants clandestins de différentes nationalités".
TIARET - Le président du parti "Tadjamouaa Amel El Jazaïr" (TAJ), Amar Ghoul a appelé dimanche à Tiaret à élargir le champ de l’économie nationale vers les Hauts plateaux et le Sud du pays. S'exprimant lors d’un meeting populaire animé à la maison de culture "Ali Maachi" dans le cadre de la première journée de la campagne électorale pour les élections législatives du 4 mai prochain, Amar Ghoul a indiqué qu’il a choisi le lancement de la campagne de son parti à partir de la wilaya de Tiaret pour des considérations économiques et historiques, soulignant que "l’économie nationale sera renforcée si elle se démarque de la concentration au nord du pays et s'étend vers le Sud et les Hauts plateaux". Il a affirmé que Tiaret est une "région stratégique, pionnière dans le domaine agricole et les industries mécaniques, qu’il faut soutenir avec des infrastructures de base et l'accélération de la réalisation de ce qui est programmé, afin de créer la complémentarité et lancer l’activité économique en la reliant au réseau autoroutier et aux chemins de fer". M.Ghoul a proposé, dans ce sens, la création d’entreprises industrielles agricoles, à l’instar de celles des équipements et du matériel agricoles et de transformation, ajoutant que "toutes les wilayas du pays et toutes les couches de la société doivent participer au développement local à travers l’exploitation des vastes superficie dans les secteurs agricole et industriel et des potentialités économiques de chaque région. Il a indiqué, au passage, que l’aspect économique est un axe important dans le programme de son parti. Le président de TAJ a, dans sur un autre chapitre, salué le rôle de l’Armée nationale Populaire (ANP) et des différents corps de sécurité dans la préservation de la stabilité du pays et son orientation vers le renforcement de l’économie nationale à travers la…
ALGER - Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, s'est entretenu dimanche au Caire avec plusieurs de ses homologues arabes, en marge des travaux de la 44e session du Congrès arabe du travail, a indiqué un communiqué du ministère. Les entretiens ont porté sur les moyens de renforcer la coopération entre l'Algérie et les pays arabes, notamment en matière de main d'oeuvre, de formation et de sécurité sociale, a précisé la même source. Lors de sa rencontre avec son homologue égyptien, Mohamed Mahmoud Saafan, M. El Ghazi a passé en revue divers points inscrits à l'ordre du jour de ce congrès, a souligné le communiqué, ajoutant que les deux parties avaient également examiné les moyens de renforcer la coopération bilatérale en matière de main d'oeuvre, de formation et de sécurité sociale. Les entretiens entre M. El Ghazi et le ministre tunisien des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, ont permis d'évoquer les principaux points soumis aux participants à cette session et d'examiner les moyens de renforcer les relations de coopération entre les deux pays dans le domaine de la sécurité sociale à la lumière de l'expérience algérienne en matière de carte "Chifa", a noté le communiqué. Les deux parties ont convenu de procéder à un échange de visites entre experts des deux pays dans le cadre de la promotion de la coopération bilatérale. M. El Ghazi a, par ailleurs, examiné avec le ministre qatari du Développement administratif, du Travail et des Affaires sociales, Issa Saad Al-Jafali Al-Nuaimi, les moyens de renforcer les relations de coopération bilatérale dans les secteurs de l'emploi et du travail. Le ministre s'est également entretenu avec le ministre saoudien du Travail et du Développement social, Ali bin Nasser Al-Ghafis, des principaux points inscrits à l'ordre du jour de ce congrès, a…
NAAMA- Le secrétaire général du mouvement national "El Islah", Fillali Ghouini, a affirmé dimanche à Naama que la participation à la prise de décision politique passait par une forte affluence sur les urnes, appelant à une prise de conscience de l'importance du scrutin. Lors de rencontres de proximité dans différentes communes de la wilaya dans le cadre de la première journée de la campagne électorale des législatives, marquées par des discussions avec des notables et des jeunes des quartiers de Mecheria et une activité d’explication de son programme électoral à la salle de cinéma "Imzy" d'Ain Sefra, M. Ghouini a appelé les électeurs à se mobiliser pour "protéger leurs voix et faire respecter le choix du peuple" en se rendant massivement et en toute liberté aux urnes le jour "J". Il a souligné que la spécificité des prochaines élections législatives réside dans l’importance de constituer un parlement fort pour "dissiper les complications sociales actuelles, rétablir la confiance entre les composantes de la société algérienne et faire face aux complots ourdis contre le pays de l’étranger". L’intervenant a indiqué que le programme électoral de sa formation politique comporte un projet de réalisation d’une plateforme de consensus national proposant des alternatives et des solutions pour édifier un Etatcivilisé basé sur la consécration de la démocratie sociale dans le cadredes préceptes de l'islam, soulignant que son mouvement propose des candidats "jeunes et compétents pouvant apporter un plus à l’APN". Il a abordé, également, des sujets ayant trait au chômage, à la cherté des prix de produits de consommation, tout en insistant sur le rétablissement de l’espoir, l’attachement aux constantes de la nation et la recherche d'alternatives économiques aux hydrocarbures, dans la prochaine étape, pour assurer la pérennité de l’Etat.
ALGER- Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) aspire, à travers sa participation aux prochaines élections législatives, pour la construction d'un Etat consacrant la "citoyenneté et le respect des droits de l’Homme", qui garantit "l’égalité des chances" et "organise la solidarité". Le RCD estime qu’il est "toujours possible" de prendre "le bon cap", de se ressaisir et d’entreprendre les "changements salvateurs" que requiert la situation, selon le programme élaboré à l'occasion de ces élections. Pour le RCD, le changement demande la mobilisation de l’ensemble des potentialités socio-économiques du pays, un planning "rigoureux", des opérations "concrètes" et un "contrôle des états d’avancement à tous les niveaux", appelant à une mobilisation citoyenne qui "peut changer la donne". "Notre ambition est, en premier lieu, de libérer l’individu grâce à une citoyenneté pleine et entière matérialisée par l’égalité en droits et la promotion des libertés publiques et d’organisation", lit-on dans le programme du RCD. Ainsi l'ambition de cette formation politique est de "redynamiser l’activité économique", en particulier, dans l’industrie, l’agriculture, l’énergie et le tourisme avec ses "pendants qui sont la promotion de la culture et de l’artisanat". Pour le RCD, cela implique de bâtir une école qui "éveille les consciences", un enseignement ouvert sur la modernité et un système de formation qui assure une qualification à tous les jeunes du pays. Elle réside, également, a ajouté le RCD, dans la construction d’un système de santé où l’accès à des "soins de qualité" est garanti pour tous. "Le RCD est convaincu que c’est par le travail et la solidarité envers toutes les couches fragiles de notre société que nous prendrons le chemin du progrès pour renouer avec l’ambition de nos ainés qui ont donné leur vie pour l’Algérie", a soutenu ce parti. Pour cette formation politique, la reconnaissance de Tamazight comme langue officielle…
M’SILA- Le président de l’Union nationale pour le développement (UND), Mahfoud Ghraba , a estimé, dimanche à M’sila, que le choix de candidats aux qualifications scientifiques permettant de gérer les affaires publiques relevait de la "responsabilité des partis politiques". Animant un meeting populaire à la bibliothèque principale de M’sila, Mahfoud Ghraba a indiqué que l'UND a pris en considération, dans ses choix, le facteur de la compétence pour proposer des candidats jeunes et universitaires et a ouvré à associer jeunesse et compétence scientifique, illustrant l'option de sa formation politique par la tête de liste de son parti dans la wilaya de M’sila. Il a estimé que "les qualificatifs attribués aux jeunes et nouveaux parties politiques visent à minimiser leur importance sur la scène politique nationale et à altérer le principe du militantisme comme base fondamentale pour tout parti politique". "Si le peuple accorde sa confiance aux candidats de l’UND, le parti oeuvrera à activer le rôle de la législation et celui du député dans la promulgation de lois qui servent la société et encouragent à aller de l’avant pour la concrétisation du développement à tous les niveaux", a-t-il signalé. M. Ghraba a, dans ce contexte, affirmé que "l’Algérie a besoin de compétences scientifiques lui permettant d’exploiter au mieux ses énergies et d’assurer à son peuple une vie prospère loin de toutes les crises économiques qui le menacent". Il a appelé l’assistance à se rendre aux urnes et à accorder sa confiance aux candidats de l’UND pour que, a-t-il affirmé, "le peuple puisse contribuer au changement souhaité".
ALGER- La presse nationale paraissant ce lundi a mis en exergue le déroulement du premier jour de la campagne électorale des élections législatives du 4 mai prochain, marqué notamment par des appels des chefs de différentes formations politiques à une participation massive aux urnes. Le quotidien national Liberté qui a consacré sa Une aux discours des chefs de partis politiques prononcés au premier jour de la campagne électorale sous le titre "un seul mot d’ordre : la participation", est revenu dans ses quatre pages dédiées à ce rendez-vous électoral sur les meetings et rencontres animés par les chefs de partis qui ont appelé les citoyens à se rendre massivement aux urnes. Le quotidien El Watan a également consacré sa Une et quatre pages aux plusieurs rencontres et meetings animés par les chefs de partis politiques qui ont investi le terrain, au premier jour de la campagne électorale, pour porter le message de leurs formations respectives, précisant que la majorité a opté pour les wilayas de l’intérieur du pays en attendant l’organisation de manifestations similaires dans les grandes villes. A travers cinq pages entières et sa Une consacrée majoritairement au début de la campagne législative, le quotidien le Soir d’Algérie, propose des dizaines de synthèses des différents discours des chefs de formations politiques ayant renoué avec les sorties publiques pour mobiliser leurs adhérents et sensibiliser les citoyens sur l'importance des prochaines élections législatives. Ech-Chaâb (arabophone) a, de son côté, observé malgré "un début timide" de la campagne électorale que la majorité des partis politiques ont appelé les citoyens à une "participation en force" pour maintenir "la stabilité et les acquis sociaux". Le quotidien El Fedjr a noté, par ailleurs, un changement de stratégie des partis politiques qui ont préféré "investir le terrain et les places publiques au lieu des salles" pour…
ALGER- La campagne électorale pour les législatives du 4 mai prochain a été marquée en son premier jour, dimanche, par des meetings populaires à forte symbolique organisés dans des wilayas au passé révolutionnaire et par des appels à une forte participation, gage d'unité, de stabilité et de consolidation des acquis, pour les uns, de changement, pour les autres. Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN, majoritaire dans l'APN sortante), Djamel Ould Abbes, a appelé depuis Khenchela les citoyens à voter massivement aux législatives pour "la sécurité et la stabilité" du pays, notant que la crédibilité d'une élection se mesure à l'aune du taux de participation. M.Ould Abbes a affirmé que le choix de Khenchela par son parti comme première station de cette campagne électorale tient au fait qu'elle est "une wilaya moudjahida (combattante)" et que "l’Aurès est le bastion de la glorieuse Révolution" du 1er Novembre 1954. Après avoir relevé la portée stratégique du prochain scrutin, M. Ould Abbes a affirmé que son parti oeuvrera à promouvoir les projets intéressant la population de cette wilaya, notamment le raccordement de Khenchela à l’autoroute Est-Ouest, la voie ferroviaire et l'appui au développement. Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a considéré, depuis la localité de Boutheldja, dans la wilaya d’El Tarf, que les prochaines échéances électorales constituent "une opportunité pour consolider les acquis de l’Algérie", sa stabilité et son unité, appelant les citoyens à se diriger massivement aux urnes. Rappelant que le RND a amorcé sa campagne électorale pour la 10ème fois consécutive à partir de "la wilaya révolutionnaire d’El Tarf", M. Ouyahia a, à ce propos, ajouté que l’unité nationale, la stabilité du pays et sa sécurité demeurent "les garanties de tout développement". Evoquant lui aussi les préoccupations locales, il a insisté sur l'exploitation…
ALGER- La plupart des partis politiques ont axé leurs discours, au premier jour de la campagne électorale pour les législatives du 4 mai prochain, sur la nécessité de préserver la sécurité du pays et consolider l'unité nationale. Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a affirmé, depuis El Attaf (Aïn Defla) où il a animé un meeting, qu'une participation massive aux prochaines élections législatives constituait un "moyen à même de consolider l’unité nationale et de mettre en échec les dessins de ceux qui veulent lui porter atteinte". Il a estimé que le boycott de ce rendez-vous électoral est "un acte irresponsable susceptible de constituer une opportunité pour ceux qui veulent maintenir le statu quo", ajoutant qu'"une participation au prochain rendez-vous électoral même par le biais d’un bulletin blanc est un moyen de s’affirmer et de s’opposer à la fraude". Pour sa part, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a considéré, lors d'un meeting populaire depuis Boutheldja (wilaya d’El Tarf), que les prochaines échéances électorales constituaient "une opportunité pour consolider les acquis de l’Algérie en matière d'unité nationale, de stabilité et de sécurité", appelant les citoyens à se diriger massivement aux urnes le jour du scrutin. De son côté, le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès a souligné, lors d'un meeting animé à Khenchela, la nécessité de voter "en force" lors des prochaines législatives "afin de préserver la sécurité et la stabilité du pays", soutenant que le taux de participation "sera un des facteurs de crédibilité des élections". Depuis Ghardaïa où il a animait une conférence de presse, le premier secrétaire du Front des forces socialiste (FFS), Abdelmalek Bouchafa, a affirmé que sa formation politique était porteuse d’un projet politique et stratégique "visant à sauver l’Algérie de l’aventurisme…
BORDJ BOU ARRERIDJ - La secrétaire générale du parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a appelé dimanche après-midi à Bordj Bou Arreridj, première escale de sa campagne électorale pour les législatives du 4 mai prochain, ses candidats à militer pour une mobilisation populaire afin de constituer une "force de changement" et, partant, concrétiser la volonté populaire au sein de la nouvelle Assemblée nationale. Elle a relevé, lors d’un meeting animé au chef-lieu de wilaya, la nécessité de mobiliser et de dialoguer avec les citoyens pour la création d’un "front pour le changement" et faire des prochaines élections législatives une occasion pour "le changement et faire entendre la voix de la classe ouvrière". Hanoune a, dans ce contexte, souligné que "les droits s’arrachent et ne se donnent pas", précisant que "nous sommes dans une période décisive nécessitant la participation de tous pour aboutir au changement et faire entendre la voix de la classe ouvrière". Elle a mis a profit cette occasion pour lancer un appel aux électeurs pour "sanctionner les partis qui se sont basés sur l’argent pour établir leurs listes". Evoquant le programme de sa formation politique, la secrétaire générale du PT a affirmé qu’il abordera d’une manière critique toutes les lois promulguées par le gouvernement et son "concours à la détérioration de la situation économique et sociale ainsi que le pouvoir d’achat des citoyens". Elle a, dans ce contexte, évoqué en premier lieu la loi de Finance en sus du code du travail, la loi sur la retraite et l’investissement et d’autres textes adoptés, lors de la dernière législature, affirmant qu’il "existe des solutions et des propositions concrètes pour sortir de la crise" qu’elle attribue au gouvernement actuel.