Législatives en Finlande: sociaux-démocrates et extrême droite se suivent de très près

Publié le : lundi, 15 avril 2019 10:36   Lu : 21 fois
Législatives en Finlande: sociaux-démocrates et extrême droite se suivent de très près

HELSINKI- Le Parti social-démocrate et les Vrais Finlandais (extrême droite) étaient au coude-à-coude dimanche soir lors des législatives finlandaises, selon des résultats portant sur près de 95% des bulletins de vote.

Le Parti du centre du Premier ministre sortant est lui relégué à la quatrième place.

D'après les projections, les sociaux-démocrates obtiendraient 40 sièges sur 200 au Parlement, les Vrais Finlandais 39. Aucun parti n'a encore revendiqué sa victoire.

Le parti du Centre perdrait lui 18 sièges.

En 2015, le parti d'extrême droite était entré dans le gouvernement de centre-droit, un choix politique ainsi que la modération de ses positions, notamment sur l'Europe, qui avaient été  très mal perçus par ses militants les plus radicaux.

En 2017, les Vrais Finlandais ont finalement implosés et quittés le gouvernement: une majorité de leurs députés ont fondé Nouvelle Alternative (rebaptisé Réforme bleue par la suite), parti qui est resté au pouvoir, les autres se ralliant à son nouveau président, très connu pour ses positions anti-immigration M.Halla-aho.

Depuis, le parti s'est porté, avec la question de l'immigration, sur le devant de la scène lors de la campagne. En Finlande, quelque 6,6% des 5,5 millions d'habitants soient nés à l'étranger.

En décembre et janvier, une dizaine d'hommes d'origine étrangère accusés d'agressions sexuelles ont été arrêtés. Ces affaires très médiatisées ont suscité l'indignation dans le pays et une vague de soutien aux Vrais Finlandais. La formation s'est engagée à réduire considérablement l'immigration et renforcer les règles d'asile.

De leur côté, les sociaux-démocrates signent leur retour sur le devant de la scène politique, quatre ans après leur échec au législatives de 2015 où le parti a terminé quatrième.

Le parti est arrivé pour la dernière fois en tête des législatives en 1999.Paavo Lipponen avait alors conduit une coalition gauche-droite, jusqu'en 2003.

Depuis les sociaux-démocrates ont participé à plusieurs gouvernements, sans toutefois en prendre la tête.

Ils ont mené campagne contre la politique d'austérité menée par la coalition gouvernementale sortante, composée du Centre, du Parti de la coalition nationale (droite) et du parti Réforme bleue (eurosceptique), qui a permis de sortir le pays de la récession en 2016.

Même si la Finlande a un scrutin proportionnel et une culture politique du consensus qui portent au pouvoir des coalitions hétéroclites,  si aucun parti ne parvient à franchir la barre des 20% des voix après la publication des résultats définitifs, la situation pourrait compliquer les tractations pour former un gouvernement.

Droite et gauche disent ne pas vouloir collaborer avec l'extrême droite, sans pour autant fermer la porte à des négociations avec les Vrais Finlandais.

Dimanche, Jussi Halla-aho s'est dit ouvert à une coalition "mais pas à n'importe quel prix".

Le défi du prochain gouvernement sera aussi de s'attaquer à l'épineuse question de la protection sociale, dans un contexte de vieillissement de la population et de baisse du taux de natalité. Parallèlement, la croissance devrait ralentir.

Le 8 mars, à cinq semaines du scrutin, Juha Sipil , avait présenté la démission de son gouvernement après avoir échoué à faire passer une réforme du système de santé.

 

Législatives en Finlande: sociaux-démocrates et extrême droite se suivent de très près
  Publié le : lundi, 15 avril 2019 10:36     Catégorie : Monde     Lu : 21 foi (s)   Partagez