NEW YORK (Nations Unies)- Le représentant permanent adjoint de la Suède aux Nations Unies, Carl Skau, a déclaré à New York que la résolution sur le Sahara occidental, adoptée vendredi par le Conseil de sécurité, envoyait "un signal fort" pour la reprise des négociations en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l’autodétermination du peuple sahraoui.
NEW YORK (Nations Unies) - Les Etats Unies ont appelé à lever les obstacles à la relance du processus onusien au Sahara Occidental, plaidant pour le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.
BIR LAHLOU (territoires sahraouis libérés) - Le bureau permanent du secrétariat général du Front du Polisario a salué samedi la résolution adoptée vendredi à l'unanimité par le Conseil de sécurité sur le conflit du Sahara Occidental, rappelant "l'urgence de parachever le processus de décolonisation de la dernière colonie d'Afrique, en vue d'instaurer la paix et la stabilité dans le monde".
LONDRES- Des centaines de manifestants se sont rassemblés samedi devant la représentation de l’occupant israélien à Londres pour exprimer leur solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim et dénoncer les conditions de leur détention.
BAMAKO - L'état d'urgence en vigueur au Mali, et qui devait expirer ce samedi, a été prorogé de six mois, jusqu'au 31 octobre par l'Assemblée nationale, ont rapporté des médias, citant une source parlementaire.
WASHINGTON - Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l’unanimité vendredi la résolution 23 51 (2017) par laquelle il proroge jusqu’au 30 avril 2018 le mandat de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso).
BRUXELLES - Les eurodéputés Florent Marcellesi et Judith Sargentini ont exhorté vendredi la Commission européenne à examiner en "urgence" l'affaire du navire l'Albiz qui pourrait impliquer une potentielle violation du droit européen et international en raison de la cargaison qu'il transporte et qu'il aurait chargé au Sahara occidental sans le consentement du peuple sahraoui.
RAMALLAH (Cisjordanie occupée) - Une grève générale était observée jeudi à travers les différents territoires palestiniens en solidarité avec la grève de la faim des détenus palestiniens dans les geôles de l'occupant israélien depuis onze jours, a rapporté l'agence de presse palestinienne.
NEW YORK (Nations unies)- Le Conseil de sécurité, réuni mardi, pour examiner un projet américain de résolution sur le Sahara Occidental n’est pas parvenu à un consensus, les premières discussions ont révélé de grandes divergences entre les membres de l’organe onusien.
Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 ALGER- Le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a déclaré à Alger, que l’accord politique en Libye est "le socle de la solution à la crise libyenne", insistant sur l'importance de préserver cet acquis. "L’accord politique en Libye signé le 17 décembre 2015, est le socle de la solution à la crise en Libye. C'est un processus chapeauté par les Nations unies, que très peu de Libyens rejettent, et qu’il faut sauvegarder", a indiqué M. Messahel, qui a été l'invité lundi de l'émission Questions d'actu de la chaîne Canal Algérie de la télévision nationale. M. Messahel, qui vient d'effectuer une visite qui l'a conduit dans plusieurs villes libyennes, a ajouté que ça "reste un accord, quelque chose qui n’est pas sacro-saint, qui peut être revu, relu ou/et amendé". Dans l'une des dispositions de l'accord, a-t-il rappelé, il est bien souligné qu'"à n’importe quel moment les parties (signataires de l’accord) peuvent se revoir, rediscuter, renégocier et revoir des articles s'il y a lieu de le faire, ou alors d’opérer des arrangements". Le ministre a, dans le même sens, expliqué que sa visite en Libye n'était pas destinée à présenter une initiative, ou un projet, ni une architecture, ni encore moins une solution, parce que, a-t-il estimé, les Libyens "ont la capacité de le faire, et ils ont (...) une plateforme qui est là, et qu'ils peuvent revoir". M. Messahel a également fait remarquer que l’accord politique gère une période de transition et celui-ci n'"est pas la solution définitive", qui viendra après l'"élaboration d'une nouvelle constitution et la tenue des élections". Après cela, a enchainé le ministre, "il y aura la mise en place des institutions de la Libye". La chambre des…