La couverture des zones d’ombre en matière de développement "est très considérable"

Publié le : dimanche, 18 octobre 2020 10:41   Lu : 120 fois
La couverture des zones d’ombre en matière de développement "est très considérable"

BOUIRA- La couverture des zones d’ombre en matière de développement "est très considérable" grâce aux différents programmes engagés par l’Etat pour améliorer les conditions de vie des populations enclavées à travers le pays, a indiqué samedi à Bouira le conseiller du Président de la République chargé des zones d’ombre, Brahim Merad.

En visite de deux jours à Bouira, M. Merad a jugé que beaucoup de projets de développement réalisés avait atténué un tant soit peu les souffrances des zones reculées. "La couverture est très considérable en matière de développement dans ces zones", s’est réjoui le conseiller du président de la République avant de réitérer par la même la volonté des pouvoirs publics de poursuivre les efforts de développement avec une série de programmes capables de redynamiser l’économie locale et rurale.

"La réalisation des projets comme le gaz, l’électricité et l’eau potable dans ces zones d’ombre booste aussi l’économie rurale et encourage plus les populations de ces régions à y rester et à y investir plus pour vivre dans des conditions favorables", a-t-il  souligné dans une déclaration en marge de sa visite à Bouira.

Pour renforcer cette dynamique de développement, le même responsable a incité les walis à "trouver les gisements nécessaires" pour financer les différents projets destinés au développement des régions d’ombres. "Il est indispensable pour les walis d’explorer toutes les possibilités pour trouver les gisements nécessaires pour financer les projets dans ces zones enclavées", a insisté le conseiller présidentiel.

"La prise en charge des zones d’ombre est devenue désormais la principale préoccupation des ministres et des walis, suite aux instructions du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, pour réaliser et relancer les opérations de développement via l’exploitation des différents fonds", a assuré l’hôte de Bouira.

A son arrivée à Bouira, le conseiller présidentiel a assisté à la présentation d’un exposé global sur le processus de développement engagé dans les différentes localités et villages enclavés de la wilaya. A l’issue de cet exposé, le même responsable s’est dit content de la cadence de développement consenti dans une grande partie des zones d’ombre de Bouira.

"La dynamique de développement a donné ses fruits sur le terrain à Bouira ainsi que dans d’autres wilayas. Mais, il reste quand même beaucoup de travail à faire pour couvrir plus les zones éloignées et enclavées, et pour y parvenir, chaque wali doit explorer toutes les possibilités pour trouver les gisements nécessaires", a-t-il encore souligné.

Merad a ajouté en outre que la prochaine Loi de finance serait aussi une opportunité pour accorder plus d’importance et de financement pour les projets destinés au développement des zones d’ombre.

"La prise en charge de ces zones s’inscrit dans le cadre d’une stratégie globale et intelligente mise en place par les pouvoirs publics pour booster l’économie locale dans ces régions reculées, via leur dotation de toutes les commodités nécessaires comme l’eau potable, l’électricité et le gaz", a indiqué le conseiller présidentiel.


Lire aussi: Djerad s’enquiert de la situation de projets de proximité dans les zones d’ombre de Sidi Bayazid


Au cours de sa visite, M. Merad s’est rendu dans la localité rurale de D’Ghafla relevant de la commune d’Oued El Bardi (Sud de Bouira), où il s’est enquis de l’état des projets de développement réalisés dans cette zone d’ombre. Il a visité un projet de raccordement de 105 foyers au réseau du gaz, lancé pour une enveloppe financière de plus de 18 millions de DA, selon la fiche technique présentée sur le site du chantier.

D’Ghafla, qui compte au total 300 habitants, a bénéficié également d’un autre projet, qui est celui de l’électrification rurale au profit de 34 foyers pour un montant de plus de 6 millions de DA, et qui devrait être réalisé dans un délais de deux mois, selon les détails fournis sur place.

Merad a saisi l’occasion pour écouter les doléances des citoyens de cette localité, qui réclament le revêtement de la route principale pour désenclaver le village. Au village Agoune, relevant de la municipalité d’El Hachimia, le même responsable a visité le chantier de réalisation d’un ponceau (ouvrage d'art) de sécurité dans le cadre d’un projet de réalisation d’une route pour, également, désenclaver la localité et la relier aux autres zones.

Il s’est déplacé ensuite dans plusieurs localités relevant de la commune de Dirah (Sud de Bouira). A Biaran le même responsable s’est enquis d’une opération de raccordement de 34 foyers au réseau d’électricité, ainsi que d’un projet de réalisation d’une route secondaire menant au village. Sur place, M. Merad s’est longuement entretenu avec les citoyens de cette région pour écouter leurs préoccupations, avant qu’il ne s’engage à porter leur voix aux responsables des différents secteurs pour qu’ils prennent en charge les questions de développement soulevées.

La couverture des zones d’ombre en matière de développement "est très considérable"
  Publié le : dimanche, 18 octobre 2020 10:41     Catégorie : Régions     Lu : 120 foi (s)   Partagez