Aquaculture : le prix du poisson d’élevage est élevé en raison des marges bénéficiaires

Publié le : jeudi, 07 novembre 2019 14:42   Lu : 69 fois
Aquaculture : le prix du poisson d’élevage est élevé en raison des marges bénéficiaires

ORAN- Le poisson issu de l’aquaculture est proposé au consommateur avec des prix "très élevés", en raison des marges bénéficiaires importantes des mandataires, a affirmé, jeudi à Oran, le directeur du développement de l’aquaculture au niveau de la direction générale de la pêche et de l’aquaculture au ministère de tutelle, Oussad Ramdane.

"Les mandataires prennent une marge allant jusqu’à 70 % du prix d’achat initial", a-t-il souligné, en marge d’un atelier régional sur "l’analyse des chaines de valeur pour certains produits aquacoles en Méditerranée et en mer noire", organisé par la Direction générale de la pêche et de l’aquaculture, en collaboration avec la Commission de gestion des pêches en Méditerranée CGPM relevant de la FAO.

Cet atelier, mis sur pied en marge de la 8ème édition du Salon international de la pêche et de l’aquaculture, ouvert mercredi au Centre des conventions d’Oran, vise à aborder les problèmes rencontrés en matière de commercialisation des produits issus de l’aquaculture.

En Algérie, le principal problème qui entrave la commercialisation des poissons d’élevage, réside dans les  marges bénéficiaires importantes que prennent les mandataires et aux intermédiaires.

"La dorade, cédée par les aquaculteurs à 600 DA le kilo, arrive sur les étals à 1.100 DA", souligne ce responsable, qui considère que cette situation est "inadmissible".

"L’aquaculteur fait des investissements et consacre des mois à entretenir les poissons alors que le mandataire ne fait que revendre le produit et gagne, sans effort, autant que l’aquaculteur) et parfois plus", a-t-il déploré. Pour lui, la solution serait de réglementer la chaine de distribution des produits issus de l’aquaculture et de limiter les marges des mandataires et intermédiaires.


Lire aussi: Aquaculture: près de 300 projets d'investissement validés


Des experts nationaux et étrangers des pays membres de la CGPM, notamment la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, l’Italie, l’Espagne, la Turquie, Malte, la Croatie, la Grèce et le Monténégro, prennent part à cet atelier.

Le programme de cet atelier propose trois sessions portant sur la situation des marchés pour les produits aquacoles, la chaîne de valeur aquacole en Méditerranée et en mer noire et la cartographie de la chaîne de valeur des produits et la dynamique des prix.

Aquaculture : le prix du poisson d’élevage est élevé en raison des marges bénéficiaires
  Publié le : jeudi, 07 novembre 2019 14:42     Catégorie : Régions     Lu : 69 foi (s)   Partagez