Révision de la Constitution: la presse nationale s'intéresse à l'opposition de certains politiques au projet

Publié le : jeudi, 15 octobre 2020 10:06   Lu : 46 fois
Révision de la Constitution: la presse nationale s'intéresse à l'opposition de certains politiques au projet

ALGER- L'opposition de certains acteurs de la classe politique au projet de  révision de la Constitution a suscité l'intérêt de certains titres de la presse nationale, dans leur édition du jeudi, déplorant "un jeu dangereux".

Le quotidien L'Expression  a déploré la position "versatile" affichée par certaines forces politiques, estimant que le référendum est utilisé comme "argutie"et comme "moyen de chantage et non pas comme élément de débat pour illustrer les points forts et aussi les points faibles de ce document".

Le quotidien y voit "un jeu dangereux visant à désorienter le citoyen et lui faire incruster des couleuvres sans avoir le courage d'aborder les  problématiques de ladite mouture de la révision constitutionnelle.

Le quotidien Horizons s'est interrogé sur "les dessous d'une  division" au sein de la classe politique sur la nouvelle Constitution et a  tenté de trouver l'explication chez le politologue Abdelkader Soufi.

Pour ce dernier, l'opposition affichée par certains partis politiques  envers le projet proposé à référendum s'explique par le fait que ce document "  constitue un moyen de transition d'un mode de gouvernance opaque, connu pour ses  dérives vers l'autocratie, à un système politique plus transparent avec de meilleurs dispositifs de contrôle, de consécration de la justice sociale et d'ancrage de la liberté de la presse".


Lire aussi: Révision de la Constitution: des titres de la presse nationale s'intéressent à l'opposition de certains politiques au projet


Cette transparence, a-t-il poursuivi, semble "déranger plus d'une formation politique dont la cote de popularité est en constante baisse".

Le quotidien El Watan a relevé, de son côté, que "tous les moyens ont été mobilisés pour +dynamiser+ un tant soit peu une campagne pour un texte qui  ne fait pas l'unanimité au sein de la classe politique".

Sous le titre "même procédé avec les mêmes acteurs, le journal a souligné que  "des dizaines de meetings et autres rencontres ont été organisés à cet  effet  à travers plusieurs régions du pays".

Le jeune Indépendant est revenu sur l'intervention de Makhlouf Sahel, professeur en Sciences politiques et juriste sur les ondes de la  radio  nationale dans laquelle il affirmait que la nouvelle Constitution propose de "nombreuses avancées" en termes d'équilibre des pouvoirs, de l'indépendance de la justice et des libertés.

Le quotidien El Moudjahid a interviewé, pour sa part, le politologue Abdelatif Bouroubi qui a estimé que la nouvelle Constitution "apporte des propositions

substantielles pour rétablir les fondements de la transition démocratique".

Ce politologue a soutenu, en outre, que la constitutionnalisation du mouvement populaire consacrera la rupture avec les pratiques du passé.

Le quotidien "El Massa" a relevé l'intense activité menée par les différents acteurs de la classe politique, de la société civile, les organisations patronales ou encore par les membres du gouvernement pour expliquer aux citoyens les grandes lignes de la nouvelle Constitution, initiée par le président de la République pour répondre aux attentes du peuple.

Faisant le bilan de cette première semaine de campagne, le quotidien "Echaab" a mis en exergue la convergence de vues de l'élite politique et des associations sur la révision de la Constitution, notamment sur l'importance du référendum qui constitue "une étape cruciale" dans le processus de changement et de réformes pour l'avènement d'une nouvelle ère.

Selon ce quotidien, les animateurs de la campagne sont unanimes sur  l'importance de la séparation des pouvoirs et sur le fait que le citoyen reste un partenaire important dans le processus de changement et de réhabilitation des institutions de l'Etat.

Le quotidien "Echorouk el youmi" a focalisé sur la campagne lancée par les anciens des Scouts musulmans visant à expliquer le projet de révision de la Constitution à travers la publication de son contenu sur les réseaux sociaux et le lancement de débats virtuels sur ce document.

Analysant le contenu des discours des animateurs de cette campagne, lors de la première semaine, le quotidien souligne que ces derniers ont mis l'accent sur la nécessité d'une "rupture avec le passé", exhortant les Algériens à utiliser leur droit de vote pour "répondre aux ennemis de l'Algérie".

Echourouk El youmi a consacré, par ailleurs, la part belle à  l'intervention du président de l'Assemblée populaire nationale (APN) Slimane Chenine lors des travaux de la 7ème réunion du comité préparatoire des présidents de parlements dans laquelle il a affirmé que la révision de la Constitution "s'inscrit dans le cadre de l'édification d'une nouvelle République qui garantit l'élargissement des droits et des libertés, le renforcement du principe de séparation des pouvoirs, la promotion du rôle législatif et de contrôle du Parlement et la consécration des droits liés au développement".

Media

Révision de la Constitution: la presse nationale s'intéresse à l'opposition de certains politiques au projet
  Publié le : jeudi, 15 octobre 2020 10:06     Catégorie : Algérie     Lu : 46 foi (s)   Partagez