Print this page

Les urgences et les pratiques de la médecine légale au centre d’une journée d’étude

Publié le : lundi, 25 janvier 2021 16:26   Lu : 3 fois
  • Partagez
Les urgences et les pratiques de la médecine légale au centre d’une journée d’étude

 

OUARGLA - La question des urgences et les pratiques de la médecine légale ont été au centre d’une journée d’étude organisée lundi à la Cour d’Ouargla, à l’initiative du ministère de la Justice.

La rencontre, qui s’est déroulée en présence de magistrats et d’officiers de la Police judiciaire relevant des services de sécurité, a pour objectif de clarifier la relation entre la médecine légale, la magistrature et le travail judiciaire en général, selon les lois et les réglementations en vigueur, notamment le code de procédure pénale et le code de procédure civile, a affirmé Dr. Mustapha Gaceb, médecin légiste et président du Conseil régional de l'ordre des Médecins à Ghardaïa.

La rencontre a été une opportunité pour expliquer nombre de sujets liés, entre autres, aux domaines d’application de la médecine légale, une sorte d'articulation entre le monde médical et le monde judiciaire, la détermination des causes de décès en cas de crime ou en cas de mort suspecte, les causes du dommage corporel, les pratiques nécessaires lors de la levée de corps, les procédures de rapatriement d'une dépouille mortelle avant ses funérailles et l’autopsie, a-t-il détaillé.

Il a été question également des nouveaux articles du code de la santé publique de 2019 relatifs à la détermination de la responsabilité pénale en cas de différents fléaux sociaux, tels que la violence intrafamiliale et toute forme de violence physique, sexuelle et psychique, en plus des voies et moyens de prévention pour lutter contre ces pratiques qui touchent sensiblement l’organisation sociale, a ajouté M. Gaceb.

S’agissant de l’évaluation de la médecine légale en Algérie, il a fait savoir que depuis sa création en 1985, la médecine légale a fait une grande avancée grâce à la formation de nombreux médecins dans ce domaine.

"Nous avons atteints aujourd’hui une couverture nationale sur les 48 wilayas, après que les médecins légistes se comptaient sur le bout des doigts", a-t-il dit, précisant que "leur place est sensible, importante et indispensable pour éclairer plusieurs faits, en particulier les causes de la mort, qu’elle soit criminelle, suspecte ou naturelle".

"Le médecin légiste, à travers sa pratique et à travers sa conduite, peut inspirer le respect de tous les citoyens", a-t-il dit.

"Nous jouissons actuellement d’un statut social un peu particulier, parce que nous sommes détenteurs du secret médical de toute la famille et de toute la société, dans la dignité, le respect de tout un chacun et conformément, bien évidement, au code de déontologie médicale", a souligné M. Gaceb.

Les participants à la rencontre, dont des magistrats et officiers de la Police et de la Gendarmerie nationales, ont salué l’initiative visant à améliorer leurs connaissances et leurs aptitudes professionnelles.

Les urgences et les pratiques de la médecine légale au centre d’une journée d’étude
  Publié le : lundi, 25 janvier 2021 16:26     Catégorie : SANTE - SCIENCE - TECHNOLOGIE     Lu : 3 foi (s)   Partagez